Temps variable, très chaud à Alicante, puis de la brume ( ! ) après le cap de la Nao, qui ne me lâchera plus jusqu'à Gibraltar. J'ai hésité longtemps à quitter Gibraltar, le temps est très brumeux. La météo prévoit du temps clair à Tarifa, alors j'y vais. Une heure plus tard, au milieu des paquebots, la brume retombe, gros stress. A Tarifa c'est clair enfin, nuit à Barbate, puis Portimao direct le lendemain où je mouille dans l'avant port. Mais c'est Dimanche, la disco se déchaîne en soirée, je remonte l'ancre et vais trouver une place plus en amont. Je réalise que je suis fatigué; je fais des bétises, genre feux de position que je n'éteins pas, idem pour le frigo.

Je n'ai plus besoin de remonter à La Roche-Bernard: je n'aurai la place que l'année prochaine. On pourrait donc s'arrêter à Lisbonne, mais c'est se frotter aux " Alizés Portugais " après le cap St Vincent. Alors ici? Il y a un aéroport à Faro, pas loin. Le chantier est clean, le prix correct.

Et hop, bateau au sec, taxi à 4h, avion à 7h, Beauvais à 11h: Martine est là.